Qu’est-ce que le Cloud Computing ? Définition, Avantages et Inconvénients

Cloud Computing : définition

Le cloud computing est un concept qui consiste à accéder à des données et services sur un serveur distant. Traditionnellement, l’entreprise utilisait sa propre infrastructure pour héberger ses services. Elle achetait donc des propres serveurs, et assurait le développement et la maintenance des systèmes nécessaires à son fonctionnement. Par opposition, le cloud computing se repose sur une architecture distante, gérée par une tierce partie. Le fournisseur assure donc la continuité du service et la maintenance. Les services de cloud computing sont accessibles via un navigateur web.

Expressions équivalentes

Le terme Cloud Computing étant anglais, on retrouve comme synonymes les termes d’informatique virtuelle, informatique dans les nuages, informatique en nuage ou encore informatique dématerialisée. Ils expriment tous la même notion: l’emplacement des données dans le nuage n’est pas connu des clients, ceux-ci ont simplement accès a la partie applicative, sans se soucier du reste.

Avantages du cloud computing

  • Souplesse d’évolution : le client dispose souvent en temps réel des évolutions de la plateforme de cloud computing, étant donné qu’il n’y a pas de logiciel à installer et que l’accès se fait avec un simple navigateur web
  • Simplicité : l’entreprise cliente n’a plus besoin de développements coûteux et déplace la responsabilité du fonctionnement du service sur le fournisseur.
  • Liberté de changer : le cloud computing étant généralement facturé à la demande ou par abonnement mensuel, il est très facile pour une entreprise d’arrêter le service si elle n’en a plus besoin ou si elle souhaite aller chez un concurrent.
  • Coût : la force du cloud computing réside dans la possibilité de proposer le même service à un grand nombre d’utilisateurs, et donc de pouvoir amortir les coûts de fonctionnement sur toute la base d’utilisateurs. Au final, le coût d’une solution de cloud computing sera donc très raisonnable par rapport à une solution sur mesure.

Inconvénients du cloud computing

  • Confidentialité et securité des données : les données sont hébergées en dehors de l’entreprise. Le fournisseur proposant le service héberge les données de l’entreprise utilisatrice. Cela peut donc poser un risque potentiel pour l’entreprise  de voir ses données mal utilisées ou volées. Il s’agit donc de s’assurer que le fournisseur dispose d’une sécurité suffisante et qu’il propose une politique de confidentialité concernant les données de l’utilisateur.
  • Dépendance: si l’entreprise souhaite des fonctionnalités très spécifiques, il peut être difficile de convaincre le fournisseur de proposer ces fonctionnalités. Et en général, s’il y a un problème, l’entreprise est tributaire du service client du fournisseur. Il s’agit donc de choisir un fournisseur en qui l’on a confiance.

Faut-il passer au Cloud Computing?

Dans la majeure partie des cas, oui. Le cloud computing permet de faire des économies et d’externaliser des compétences qui ne sont pas coeur de métier. Le fournisseur bénéficiant d’économies d’échelle pourra donc proposer le même service à un tarif très compétitif tout en ayant plus de moyens pour en assurer l’évolution et la maintenance.

Cependant, il faut garder en tête qu’utiliser un fournisseur d’une solution d’informatique dans les nuages comporte également des conséquences au niveau de la sécurité et confidentialité des données.

Dans la majorité des cas, le cloud computing vous permettra d’être plus efficace et performant dans votre coeur de métier. N’attendez pas que vos concurrents s’y mettent et profitez d’un accroissement de la productivité et une réduction de vos coûts.

 

 

 

Exploiter les réseaux sociaux pour votre business

Damien Douani animait hier une session expert intitulée « Exploiter les réseaux sociaux pour votre business » à Open Coffee, les rendez-vous hebdomadaires des entrepreneurs du web a Paris.

il a fait un tour d’horizon assez exhaustif des possibilités offertes aujourd’hui par les réseaux sociaux pour les petites entreprises. Je vais en résumer les grandes lignes ici, en sachant qu’il s’agit de mon interprétation de la discussion :-)

L’expert

Damien Douani est bloggeur, marketeur et spécialiste des medias sociaux. Il co-dirige l’agence Fada qui aide les entreprises à gérer leur présence digitale, est co-organisateur des évènements Ignite Paris et a créé la branche française de ReadWriteWeb (qui a fermé depuis). Il a également été à la tête du marketing pour Blue Kiwi, une société qui crée un logiciel de réseaux sociaux d’entreprise.

Les possibilités

  • Interagir avec les clients Il s’agit d’une plateforme publique où les clients peuvent faire part de leurs problèmes et recevoir de l’aide. En réagissant rapidement (et bien), vous pouvez du coup améliorer votre image de marque. Attention, car il s’agit d’une arme à double tranchant, comme quelques entreprises en ont fait la douloureuse expérience (Damien a parlé de Kookai, voir plus bas).
  • Interagir avec les prospects Il s’agit d’un moyen facile et accessible pour les personnes intéressées de vous poser des questions. Tenez-vous à l’écoute! (Damien a même fait référence à une personne qui cherchait à se renseigner sur ses concurrents à Blue Kiwi. De fil en aiguille, la conversation a évolué sur les questions que la personne se posait par rapport à l’offre de Blue Kiwi. Est-ce qu’il est finalement devenu un client? Nous ne le saurons pas)
  • Se faire remarquer par les personnes d’influence Il n’y a pas que les clients et les prospects. Il y aussi toutes les personnes influentes qui peuvent vous aider dans votre stratégie marketing. En étant présent sur les réseaux sociaux, vous pouvez ainsi attirer l’attention de ces personnes-là et créer de l’intérêt pour votre business.
  • Etablir une image d’expert En partageant de l’information, vous vous positionnez en tant qu’expert dans votre domaine, une personne qui sait ce dont elle parle et à qui les gens vont demander des conseils en cas de besoin. Cette image d’expert vous aide aussi pour toucher les personnes influentes, et bien sûr renforce votre crédibilité professionnelle.

Alors les possibilités sont nombreuses. Encore faut-il commencer à se faire une présence et convaincre les autres utilisateurs qu’ils devraient vous écouter. C’est là que la partie se corse.

Qu’est-ce qu’on peut dire sur les reseaux sociaux?

  • Relayer l’information du web Il s’agit là du B-A BA. Au fil de votre veille d’information, vous trouvez du contenu qui vous interpelle. S’il est intéressant, il peut aussi intéresser d’autres personnes! Donc partagez le lien, si possible en ajoutant un message personnel, avec vos contacts.
  • Communiquer avec les clients et prospects attention à la mauvaise presse que l’on peut avoir, par ex. avec kookai
  • Relayer son propre contenu, idéalement au travers d’un blog En créant du contenu via votre blog (conseil: utilisez WordPress), vous créez non seulement du contenu, mais également une communauté et un aspect humain. Le blog s’associe donc très bien avec les réseaux sociaux, avec lesquels vous pouvez le promouvoir.

Les réseaux sociaux et le référencement

Les réseaux sociaux améliorent le référencement. Directement via la prise en compte des « signaux sociaux » (facebook shares, twitter retweets…) et indirectement car une stratégie sociale efficace renforcera une stratégie de référencement (par exemple, par la création de nouveaux liens entrants par les personnes ayant été en contact avec votre message via les réseaux sociaux).

Le blog d’entreprise est aussi une composante importante du référencement, même si ce n’est pas à strictement parler du média social. Vous pouvez consulter un article précédent Pourquoi faire un blog d’entreprise pour en apprendre plus.

L’affaire Kookai

Damien nous a fait part de « l’affaire Kookai ». Kookai maintient un compte sur Twitter pour tenir les internautes informés des promotions en cours. Un utilisateur mécontent a contacté Kookai via Twitter (c’est donc public et visible par tous). Sur quoi, Kookai au lieu d’essayer de résoudre le probleme et ainsi de cultiver une image de marque réactive et à l’écoute de ses clients, a retorqué (toujours en public) que l’espace Twitter était prevu exclusivement pour les promotions. Et de rajouter que les problèmes clients doivent etre adressés par lettre (!) au siège(!!!).

On voit là l’exemple d’une marque qui n’a pas compris les dynamiques du réseau social et qui s’inscrit dans une mécanique de contrôle. Le fait est que, vos clients, prospects et plus généralement les gens qui interagissent avec votre profil social sont en contrôle et vous ne pouvez plus les réduire au silence comme avant, vu que tout est public désormais. C’est aussi important de réaliser qu’il s’agit en fait d’une chance si on veut bien la saisir. L’entreprise doit jouer la transparence pour y arriver.

Tour d’horizon des plateformes disponibles

Etre présent sur les réseaux sociaux demande beaucoup de temps. C’est bien une des raisons principales pour lesquelles les chefs d’entreprises ont du mal a voir le retour sur investissement sur ces plateformes. Il s’agit donc de tester quelques plateformes, et de voir ce qui marche ou ce qui ne marche pas. Peut-être pour votre business Twitter est-il plus adapté, ou alors ce sera Viadeo. Mais il n’y pas de méthode infaillible pour savoir quelle plateforme privilegier.

Il y a 5 plateformes principales en ce moment:

  1. Facebook Celui-là tout le monde le connaît. Il s’agit du plus grand réseau social du monde, mais l’intérêt pour une entreprise n’est pas évident. Certes, vous pouvez créer une page Facebook pour votre entreprise, mais le fait est que la plupart des gens sont sur Facebook pour « glander » et se tenir au courant de l’activité de leurs amis. Si vous travaillez dans le B2B (Business-To-Business) par exemple, il est probable que Facebook ne soit pas la plateforme à privilégier. Si par contre, vous faites du B2C (Business-To-Consumer), ça peut déjà être envisageable.
  2. Twitter C’est la plateforme idéale pour vous connecter avec des personnes influentes. Vous pouvez suivre n’importe quelle personne influente dans votre profession, avoir accès a ses opinions, sources d’informations etc. Et également, vous pouvez vous faire remarquer en publiant du contenu intéressant et pertinent.
  3. Viadeo/Linked In II s’agit de plateformes professionnelles. L’intérêt est de pouvoir participer à des groupes de discussion sur une thématique donnée, d’apporter des réponses, donc d’asseoir votre image d’expert et de personne à qui les gens vont s’adresser en cas de besoin.
  4. Google plus Il s’agit d’une plateforme assez nouvelle, donc il est encore un peu tôt pour se prononcer sur son orientation finale. Il est possible également d’avoir une page « entreprise » et de créer des « cercles » de personnes. Donc vous pouvez créer un message par exemple pour toutes les personnes intéressées par le travail collaboratif sans l’envoyer aux autres. Ca peut être intéressant si vous êtes intéressés par des thématiques différentes.

Conclusion

Au final, il s’agissait d’une session expert très intéressante sur les possibilités offertes par les réseaux sociaux pour les petites entreprises. Il y a vraiment beaucoup d’information a ce sujet, et à vrai dire, il y a le danger de ne rien faire. On parle certes beaucoup de ROI (Return On Investment: retour sur investissement) mais il faudrait aussi parler de RONI (Return On No Investment: coût engendré par le manque d’investissement). Ce qui nous amène a la question:

Peut-on se passer aujourd’hui d’une présence sur les medias sociaux? Il semblerait que non, au risque d’hypothéquer sérieusement l’avenir de l’entreprise.

 

 

 

Améliorer la relation client avec le partage de fichiers

Il est désormais possible de personnaliser vos espaces de partage sur partagedefichier.com : vous pouvez ajouter votre propre logo et choisir la couleur d’arrière-plan de vos espaces. Ainsi vous pouvez utiliser le logo de votre entreprise et une couleur d’arrière-plan qui corresponde aux couleurs représentant votre entreprise. Ce faisant, vos espaces d’échanges prennent donc la couleur de votre site web ! Une image vaut mille mots, alors voici un exemple:

Cette capture d’écran représente la vue de votre espace en tant qu’utilisateur client de partagedefichier.com.

Cette capture d’ecran represente la vue de votre espace d’un de vos utilisateurs (clients, fournisseurs ou autre collaborateur a distance).

Pourquoi un logo et des couleurs personnalisables sont-ils importants ?

A chaque échange de fichier, vous pouvez donc mettre vos clients en contact avec votre image de marque, ce qui renforce d’autant votre présence dans leur travail quotidien. Le partage de fichiers et documents devient ainsi une opportunité supplémentaire de marketing pour votre entreprise, et contribue donc au renforcement de la relation client internet.

Megaupload ferme

Megaupload ferme. Ou plutôt, le FBI a fermé Megaupload. A l’issue d’une histoire rocambolesque digne des meilleurs films hollywodiens, le 15ème site le plus visité au monde, une plateforme de téléchargement et de partage de fichier pour le grand public, a été saisi par les autorités américaines.

Qu’est que Megaupload?

Representant 4% du trafic Internet mondial, Megaupload est un mastodonte du web. Sa simplicité et sa popularité en faisaient une plateforme de choix pour la distribution de vidéos, musiques et autres programmes pirates. Il y avait aussi bien sur une utilisation légitime mais Megaupload s’est toujours attiré les foudres des maisons de disques et autres protecteurs de la propriété intellectuelle pour faciliter le piratage.

Que s’est-il passé?

Megaupload etait surveillé par le FBI qui soupçonnait le site de partage de fichier en ligne d’être en fait une organisation criminelle . Ainsi, Megaupload a payé des internautes pour uploader des fichiers pirates et a mis en place une stratégie pour copier les vidéos Youtube et les héberger sur son service. D’après le dossier de Numerama, un internaute en particulier a reçu 55 000 dollars!

Les faits 

Le FBI a coordonné une attaque mondiale pour arrêter les dirigeants de Megaupload avec ni plus ni moins que 20 mandats de recherche dans 8 pays différents!

Le résultat de cette opération a été la fermeture de megaupload.com (à noter qu’il n’y avait pas de megaupload.fr) et la saisie de biens d’une valeur de 50 millions de dollars.

Les employés ont également été arrêtés et emprisonnés. Le fondateur de Megaupload, le sulfureux Kim Schmitz (alias Kim Dotcom – il a changé légalement de nom après que son entreprise l’ait rendu multi-millionaire) fait aussi partie des personnes arrêtées.

Anonymous riposte

Quelques minutes après la publication de la nouvelle, le groupe de hackers Anonymous a riposté en prenant pour cible les sites Internet de la Maison Blanche, du FBI, du ministère de la justice américain, des sites de maisons de disques et encore d’autres organisations liées à la justice  ou à la distribution de médias. Pour Anonymous, la fermeture de Megaupload prend la forme d’une déclaration de guerre et s’est donc livrée à une riposte à grande échelle.

Le feuilleton n’est toutefois pas fini : est-ce que les personnes inculpées seront extradées vers les Etats-Unis? Où les pirates vont-ils héberger leurs fichiers désormais? Quelle va être la prochaine opération d’Anonymous en 2012?

D’autres articles sur le web au sujet de la fermeture de Megaupload :

 

 

 

Solution SaaS, Kézako?

A partagedefichier.com, nous proposons notre solution de partage de documents en mode SaaS. Prenons l’occasion d’expliquer ce que signifie le fait d’utiliser une solution Saas.

SaaS nous vient de l’anglais Software as a Service, en français cela donne Logiciel en Tant que Service. Concrètement, cela veut dire qu’au lieu de payer un prix fixe à l’achat d’un logiciel, l’utilisateur souscrit un abonnement avec le fournisseur de la solution pour bénéficier du logiciel et du support. Le plus souvent, le logiciel est en fait une application web, c’est à dire qu’il n’y a pas besoin d’installer un logiciel sur son ordinateur, mais il s’agit tout simplement d’utiliser son navigateur Internet pour se connecter au service.

Avantages d’une application SaaS par rapport a une application classique

Il y a un certain nombre d’avantages à utiliser un logiciel en mode SaaS par rapport à un logiciel classique:

  • Le client paye le juste prix. S’il n’est plus satisfait, il peut se rétracter de l’abonnement et donc ne plus payer. Il est donc moins risqué d’utiliser une solution en mode SaaS en essai pour quelques mois, plutôt que d’acheter un logiciel onéreux qui se révèlera finalement peu adapté pour son utilisation.
  • Pour les petites entreprises, il est aussi plus facile d’utiliser une solution en mode SaaS car il n’y a pas d’installation nécessaire, donc il n’y a pas besoin de recourir à une assistance technique, qui peut être couteuse pour les petites structures. Les logiciels Saas sont bien plus simples à essayer, déployer et éventuellement, abandonner.
  • Les intérêts du vendeur et du client sont alignés. Le vendeur a intérêt à ce que le client soit satisfait pour qu’il renouvelle son abonnement. Dans le cas d’un logiciel classique, le client achète le logiciel et doit soit se débrouiller par lui-même, soit souscrire des services additionnels. Le client d’une application SaaS est suivi individuellement par le fournisseur de la solution.
Inconvénients d’une application SaaS
  • Il se pose la question primordiale de la confidentialité et de la sécurité des données de l’entreprise. Etant donné que l’on utilise une application hébergée par le fournisseur de la solution, il s’agit de s’assurer que les données sont protégées et que le fournisseur dispose d’une politique de sécurité et d’une politique de confidentialité des données.
  • Il y a également le problème de la migration des données. Au cas ou l’on ne souhaite plus utiliser ce fournisseur, comment peut-on récupérer les données que l’on lui a confie? Il faut également interroger le fournisseur sur cet aspect.
  • Enfin, il faut voir en tant que client d’une solution en mode SaaS comment la nouvelle application va s’interfacer avec les applications existantes mises en place dans l’entreprise. Quelquefois il est nécessaire de développer du code sur mesure pour l’intégration entre plusieurs applications SaaS.

Alternative au FTP

Le FTP a désormais plus de 20 ans. Il a rendu de bons services pendant cette période, mais il est temps qu’il cède la place à de nouvelles solutions de partage de fichier plus performantes, plus évolutives, moins chronophages et moins couteuses. Faisons un tour d’horizon des principaux défauts du FTP:

1- Le FTP prend du temps.

Il y a bien sûr le temps d’installation, mais il ne faut pas oublier le temps requis pour administrer et mettre à jour les serveurs. Pour chaque nouvel utilisateur, un administrateur doit créer un nom d’utilisateur/mot de passe, lui communiquer par email, mettre en place des permissions sur les fichiers autorisés. Lorsqu’un utilisateur ne doit plus avoir accès à certains fichiers (pour cause de départ par exemple), là encore il faut passer du temps pour effacer un utilisateur.

2- Le FTP coûte de l’argent

Il y a les coûts d’achat ou de location du serveur, les disques durs, la bande passante, les frais de maintenance si une autre entreprise s’occupe de la maintenance… Il y a toujours un gachis d’une certaine bande passante ou espace de disque dur qui n’est pas utilisé de manière optimale.

3- Le FTP n’est pas sécurisé

Il y a tout d’abord les problèmes du serveur qu’il faut mettre à jour si de nouvelles failles de sécurité sont découvertes. Ensuite il y a le problème des transferts de fichier qui sont par défaut en mode non sécurisé. Il existe un mode FTP sécurisé (SFTP) mais cela demande des manipulations et de l’administration supplémentaire.

4- le FTP est compliqué

Le FTP ne pose pas de problèmes pour les ingénieurs en développement et autre calés de l’informatique. Cependant, demander à vos clients d’utiliser un client FTP et de naviguer sur vos serveurs pour trouver le bon fichier n’est pas toujours raisonnable. Bien que le FTP n’est pas foncièrement complique, il s’agit d’un environnement que peu de personnes maîtrisent.

Il existe désormais des alternatives au FTP. Partagedefichier.com se positionne en tant que solution de remplacement de serveur FTP: vous ne payez que ce que vous utilisez, il s’agit d’un environnement entièrement sécurisé et nous attachons une grande importance à la simplicité de l’imterface. Il n’y a donc plus de raison de s’accrocher au FTP!

Simplifier la relation client avec la collaboration en ligne

En ces temps difficiles, gérer la relation client de la meilleure manière possible est une des grandes priorités des petites entreprises. Faites gagner du temps ou de l’argent à vos clients et ils resteront probablement avec vous. Une manière de faire cela est d’utiliser des solutions de collaboration en ligne. La collaboration en ligne permet à plusieurs personnes d’échanger des fichiers et des messages en temps réel, simplifiant grandement les communications nécessaires à l’aboutissement d’un projet. Comment est-ce cela possible? Tout simplement car les solutions de collaboration en ligne sont conçues pour cet usage.

Un exemple

Imaginons que vous ayez une photo à réaliser pour un client. Dans le cas classique, une fois la photo prise, vous envoyez la photo par email à votre client, avec un message. Si la photo est trop grosse il vous faut utiliser une solution d’envoi de fichier (yousendit par exemple) et envoyer un email a votre client. Si votre client ne répond pas, vous lui envoyez un email pour savoir si il a bien reçu le fichier. Votre client n’est pas totalement satisfait de la photo et vous envoie un email pour vous demander une nouvelle photo. Le processus recommence.

Dans le cas de l’utilisation d’une solution de collaboration, vous chargez un fichier en ligne et votre client reçoit automatiquement un email lui apprenant la disponibilité d’une nouvelle photo. Il peut alors examiner la photo, et ajouter un commentaire sur la photo avec les changements souhaités. Vous recevez automatiquement un email avec le commentaire de votre client, prenez une nouvelle photo et la chargez en ligne. Encore une fois, tout se fait automatiquement, simplifiant donc les communications entre vous deux. Vous prenez moins de temps au client, et celui-ci est donc naturellement plus satisfait!

La Technique Pomodoro: la gestion du temps en 25 minutes

La technique Pomodoro est une méthode d’organisation du travail. Elle consiste à travailler par périodes de 25 minutes, séparées par des pauses de 5 minutes. A l’origine, l’auteur de la technique utilisait un compte à rebours en forme de tomate (pomodoro=tomate en italien) mais il existe désormais des logiciels pour faire cela.

Cette méthode très simple est devenue très populaire. En s’engageant de travailler les 25 prochaines minutes sur une tâche que l’on définit, on attaque deux problèmes communs de procrastination: ne pas avoir défini précisément ce que l’on doit faire, et tout simplement démarrer.

Avant de commencer un « pomodoro », il s’agit donc de définir la tache à accomplir, ce qui la rend plus concrète et facile a réaliser (à partir du moment où l’on définit précisement la tâche: « écrire un article sur la technique Pomodoro » est précis, « écrire un article » ne l’est pas, car il reste trop d’inconnues par rapport à la tâche à réaliser).

Un conseil souvent lu et entendu concernant la motivation au travail est de « juste le faire ». Pomodoro aide en cela en se focalisant sur le démarrage d’une activité. Il ne s’agit que de 25 minutes donc le cerveau n’assimile pas la tâche à quelque chose d’insurmontable (par exemple, « maigrir », « tenir un blog » etc.)

En matière de productivité et de motivation au travail, il n’y a pas vraiment de solution miracle, uniquement certaines attitudes et techniques qui peuvent se révéler utiles pour les uns et inutiles pour les autres. Comment savoir si la technique Pomodoro est pour vous? Il suffit de l’essayer. Téléchargez une application Pomodoro pour le Mac ou pour Windows, définissez votre premiere tache, et commencez le travail!

Dropbox en entreprise

Avez-vous pensé à l’utilisation de Dropbox pour votre entreprise? Nous pourrions les voir comme concurrents de partagedefichier.com mais je pense que leur positionnement est en fait différent et plus adapte pour les particuliers et ne correspond pas aux besoins des entreprises.

Dropbox est une application que j’utilise quotidiennement à titre personnel et qui permet de faire des sauvegardes de fichier sur internet (uniquement pour vos donnees précieuses pour un compte gratuit, car il n’y a que 2 Go d’espace). Cependant, Dropbox a été conçu pour séduire le plus grand nombre et si c’est là un de ses avantages pour le particulier, le bât blesse pour les entreprises. En effet, il n’a pas ete pensé comme un service de partage centralisé qui correspond aux besoins d’une entreprise: il n’y a pas de notifications d’upload ou de téléchargement de fichiers, par exemple. Il n’y a pas de possibilité de personnaliser une dropbox avec les couleurs de votre entreprise (ce qu’on appelle le « branding »), il n’y pas de possibilité de quotas partagés; en bref, Dropbox marche très bien à titre individuel, mais pas pour les équipes. C’est à ce niveau-la que partagedefichier.com se situe: faciliter l’échange de fichier a l’intérieur d’une équipe et entre une entreprise et ses clients. Il est plus facile et intuitif de créer des espaces dédiés pour chaque usage, chaque espace pouvant comporter des fichiers, des dossiers, voire d’autres fonctionnalités (messagerie par exemple), plutot que de créer des droits pour chaque fichier et chaque dossier sans pouvoir créer des environnements differents (ou « espaces », dans le cas de partagedefichier.com).

Au niveau du support client, Dropbox est une entreprise américaine avec des millions d’utilisateurs et de clients, donc le support ne sera pas personnalisé et assure par une personne francophone de l’autre côté du téléphone. Cela aussi, ça peut compter quand vous faites face à un bug ou que vous avez un cas d’utilisation précis non prévu par le service, ou tout simplement que vous avez besoin d’aide.

Enfin, il ne faut pas oublier qu’avec Dropbox, vos données sont sur le territoire américain, ce qui les met à la merci d’une saisie du gouvernement américain par exemple. De manière générale, le droit américain ne protège pas très bien les données personnelles recueillies par une entreprise si l’on compare avec le droit français ou européen.

Et vous, que pensez-vous de la place de Dropbox dans l’entreprise aujourd’hui?

7 Raisons d’Utiliser une Solution de Partage de Documents en Ligne

S’il y a un type de fichiers que les entreprises ont besoin de partager plus que tout autre, il s’agit des documents. Par document on entend le terme tel que l’a défini Microsoft Office:

  • fichier texte (Microsoft Word)
  • tableur (Microsoft Excel)
  • présentation (Microsoft Powerpoint)
  • base de données (Microsoft Excel)
Les entreprises ont été longtemps clientes loyales de la suite bureautique de Microsoft, mais désormais, elles lorgnent de plus en plus vers le « cloud », c’est à dire les solutions de partage de documents en ligne. Voici une liste de 7 raisons d’utiliser une solution de partage de documents en ligne:
  1. Ne perdez pas de temps à envoyer des emails pour notifier un tel qu’un fichier a changé. Fini le temps ou il fallait alerter votre collègue du département compta que le bilan de votre plus gros client a encore une fois été modifié et qu’il faut le télécharger a nouveau, ou encore envoyer le fichier directement par mail, ce qui pose des problèmes de sécurité et surtout, d’efficacité.
  2. Ne perdez pas un document si vous égarez ou vous faites voler votre ordinateur. Hélas, ça arrive plus souvent qu’on ne le pense, et c’est un risque majeur si des données importantes sont conservées uniquement sur l’ordinateur d’un employé. La plupart des grandes entreprises ont des systèmes de sauvegarde en place, mais ça n’est pas le cas pour la majorité des petites entreprises.
  3. Gagnez en productivité car tout le monde dispose en temps réel de la dernière version d’un document. Il n’y a pas d’échange d’email, de comparaison de fichier ou pire, de fusion de documents entre plusieurs versions (qui n’a jamais eu ce problème? Gros maux de tête assurés)
  4. Partagez avec les personnes avec qui vous voulez partager, et ces personnes seulement. D’un seul clic, vous pouvez autoriser un collègue ou une tierce personne l’accès à vos documents. Si vous êtes mefiants, vous pouvez aussi autoriser juste un accès en lecture, ce qui signifie que votre invité ne pourra pas modifier votre document, seulement le lire.
  5. Gagnez en sécurité en centralisant la gestion de vos documents. Au lieu d’avoir des fichiers éparpillés sur plusieurs ordinateurs, vous avez vos fichiers en sécurité dans un datacentre sécurisé du fournisseur de la solution de partage de documents. Assurez-vous que ce fournisseur apporte des garanties en termes de sécurité. Vu que le métier du fournisseur est de garder vos documents en sécurité, il a tout intérêt à apporter un niveau de sécurité maximal, qui serait difficile à implementer par vous-même dans votre entreprise.
  6. Administrer vos documents plus facilement. Vous pouvez facilement ajouter ou révoquer des permissions (qui a le droit de modifier ou d’avoir accès à un certain fichier), et pour cela, nul besoin de doctorat en informatique! Utilisez votre navigateur internet pour changer qui a les droits d’accès. Les personnes qui ont essayé de configurer un serveur FTP pour partager des documents pourront confirmer que ça n’est pas une partie de plaisir pour quiconque n’est pas informaticien.
  7. Ayez une vue globale de vos documents. Quand tous vos documents sont centralisés, vous pouvez savoir qui utilise le service de manière la plus intensive, qui envoie ou télécharge des fichiers etc. Vous êtes en contrôle de la gestion de vos documents.
Partagedefichier.com est une solution de partage de fichier pour petites et moyennes entreprises. Nous vous invitons à essayer gratuitement la solution en vous inscrivant sur la page d’accueil.